• Salon du livre : les plumes amérindiennes font rayonner l?âme des autochtones

    http://www.tahiti-infos.com/Salon-du-livre-les-plumes-amerindiennes-font-rayonner-l-ame-des-autochtones_a88087.html 

    Salon du livre : les plumes amérindiennes font rayonner l’âme des autochtones

     Louis-Karl Picard-Sioui et Virginia Pésémapéo Bordeleau  prennent la pose sous le banian de Te Fare Tauhiti Nui.
    Louis-Karl Picard-Sioui et Virginia Pésémapéo Bordeleau prennent la pose sous le banian de Te Fare Tauhiti Nui.
    PAPEETE, jeudi 14 novembre 2013. La 13e édition de Lire en Polynésie à suivre jusqu’à dimanche soir à la Maison de la culture de Papeete est un lieu d’échanges d’une grande richesse. Sur le paepae, brève rencontre avec deux auteurs amérindiens. Virginia Pésémapéo Bordeleau est issue du peuple Cris, nation autochtone d’Amérique du Nord, plus précisément du Québec. Louis-Karl Picard-Sioui est, lui, issu du peuple Wendat, membre du clan des loups dont la réserve indienne de Wendake, est située au cœur même de Québec.

    Ces deux auteurs sont deux voix en Amérique du Nord des peuples autochtones et d’expression francophone. «Les auteurs autochtones sont publiés au Québec depuis une quarantaine d’années seulement. Nous sommes enfin pris au sérieux. Mon dernier roman est un vrai succès de librairie» plaisante Virginia. Ce roman, «L’amant du Lac» est le premier livre érotique écrit par une romancière amérindienne du Québec. Une histoire d’amour et de plaisir entre un métis et une indienne Algonquine près du lac Appittibbi. Pour nous autres, lecteurs du Pacifique ou européens, forcément le dépaysement est total.

    Pour autant, il y a des similitudes avec la Polynésie et son peuple premier qui s’exprime également par la littérature. Les auteurs autochtones amérindiens du Québec ont désormais pris leur envol. «Il y a eu en 2012 plus de livres d’auteurs amérindiens publiés qu’au cours des 30 dernières années» renchérit Louis-Karl Picard-Sioui, auteur notamment de poèmes, de contes, de pièces de théâtre qui mettent en scène ces peuples premiers. «La réserve indienne d’où je viens est située en plein milieu du Québec. Wendake c’est un peu le village d’Astérix, sauf que là-bas ce sont les Gaulois qui sont tout autour de nous» ! Par leur appartenance à des nations indiennes, ces deux auteurs font vivre l’âme des autochtones car ce sont dans leurs racines qu’ils puisent leur inspiration. Pourtant, pas question de nostalgie, ni de retour sur le passé. «J’écris depuis longtemps déjà un roman de science fiction ! Nos livres parlent de notre vie, mais ne restent pas que sur le passé, au contraire, ils ont un but vers le futur. Mais je crois que nos valeurs sont plus proches de la spiritualité de l’Homme que les valeurs occidentales de jouissance à court terme. Elles sont plus intemporelles» poursuit Louis-Karl Picard-Sioui.

     
    Rédigé par Mireille Loubet le Jeudi 14 Novembre 2013 à 15:13 | 

     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :