• MON VOYAGE DANS LE MONTANA - Août 2013

     

    MON VOYAGE DANS LE MONTANA
    AOUT 2013

     

    Avant de vous entraîner dans mon sillage, et de partir à l’aventure avec moi, voici quelques mots de Mary Black Eagle, mère adoptive du 44ème président des Etats-Unis, Barack Obama, lors de son séjour en France, aux tipis du bonheur de vivre (Sarthe), pour le festival  « Indian Legends ».

    MARY BLACK EAGLE

     20111202-tribal-nations-parents

     QUESTIONS/REPONSES (traduction par Julien)

    Julien

    Jean : Nous connaissons les Lakotas, mais nous n’entendons que très peu, voire pas du tout, parler des crows, quelle en est la raison d’après vous ?

    Mary : Je n’en savais rien. Quand je suis allée à l’école, on m’a appris votre histoire et je pensais qu’il en était de même pour vous.

    Jean : En quelques mots, comment Mary peut-elle définir la nation crow, qu’est ce qui caractérise cette petite nation ?

    Mary : En ce qui me concerne c’est l’une des plus belles et plus merveilleuses, et si je pouvais définir les hommes Apsalookas,  je dirais que ce sont « des hommes braves »

    Jean : Pour info, crow est un mot anglophone. Le nom véritable est Apsalooka, « fils de l’oiseau tonnerre ». Pouvez nous parler de Barak Obama. Je sais qu’elle a accès à la maison blanche. Lorsque son mari est décédé, le président  l’a appellé. Beaucoup d’articles ont paru dans le washington post. J’ai suivi un peu l’histoire de ce lien, car j’ai eu la chance d’avoir vu la photo que j’avais prise à la crow fair, paraître dans plusieurs journaux. A-t-il changé depuis qu’il est devenu président ?

    Mary : Il est resté le même, il est toujours aussi gentil, et il m’appelle même « maman »

    Jean : Quel a été la réaction de son fils adoptif au décès de Sonny ?

    Mary : Barak Obama m’a appellé et m’a dit : « maman ne t’inquiète pas, je suis là si tu as besoin de quoi que se soit ». Je lui ai répondu que c’était très gentil de sa part, et nous sommes venus à la conclusion que même s’il est mort aujourd’hui, il est toujours près de nous.

    Jean : une question m’a été posée sur le deuil : quelle est la tradition chez les crows ?

    Mary : Ce sont mes sœurs, qui viendront me voir un matin, pour m’habiller avec ma régalia et me signifier que le deuil est terminé.

    Jean : Il faut savoir qu’ils ont perdu peu de temps avant, Marylin Black Eagle, lors d’un tragique accident de voiture, puis Sonny Black Eagle, le père adoptif de Barack Obama. Pendant cette période j’étais très inquiet, et j’avais peur que Mary ne veuille pas venir. Nous sommes très fiers qu’elle ait eu la force d’entreprendre ce voyage. Nous avons là une démonstration de l’identité du peuple Crow.

    Bonjour Mary, je te parle avec mon cœur. J’ai beaucoup d’amis qui vont faire la sundance. Je leur ai dit que je verrai Jean Lemoro et Mary Black Eagle. Ils m’ont demandé de poser la question suivante : « Que peut faire Barrack Obama pour toutes les questions liées aux amérindiens ? ». Nous, français, n’en savons pas grand-chose, mais sentons que c’est important.

    Mary : Quand Barack Obama est venu dans notre réserve, et que nous l’avons « adopté » , il a promis de tenter le maximum pour les amérindiens, pas seulement pour les crows, mais pour les 520 tribus amérindiennes d’aujourd’hui pour qu’ils puissent avancer ensemble.

    Une photo est parue sur un journal, où on peut les voir en train de prier avec Barack Obama. C’est lui personnellement qui a demandé cette prière. J’ai interprété ce geste comme positif pour nos peuples.

    Jean : Lagrant était heureux de m’annoncer l’année dernière, quand je suis venue dans le Montana, qu’une action de Barack Obama, leur a permis de retrouver l’eau de la rivière Bighorn.  En effet, la nation Crow était la seule aux Etats Unis à posséder le lit de la rivière, mais pas l’eau. 

    Cette année, le nouveau Chairman va devoir  régler le problème du charbon. C’est un contrat qui arrive à expiration. Cela fait 100 ans qu’on  soutire des tonnes de charbon payé 1 cent. Lorsque nous sommes à Crow Agency, toute la nuit on entend le déferlement d’immenses trains de charbon. Ils comptent beaucoup sur le soutien du président pour renégocier ce contrat et avoir des conditions décentes.  

    Je vais également répondre aux nombreux mails que j’ai reçu concernant Leonard Peltier. J’ai longuement parlé avec eux. Ils m’ont répondu que Barack Obama n’est pas un homme seul, il faut bien prendre conscience que nous sommes en face d’une administration américaine énorme. Beaucoup de personnes très radicales pensent qu’il ne tient pas ses promesses. Ce que j’ai pu comprendre, c’est que le symbôle les effraye, et que sa libération constituerait un vrai danger. Mais il travaille sur toutes les nations, et pas seulement sur un cas particulier.

    Si une personne d’ici veut venir vous voir, est ce qu’elle est la bienvenue ?

    Mary : Oui

    Jean : je voulais poser une question à Lagrant : cela fait 3 ans qu’il vient ici. L’année dernière, il est resté un mois sur le camp avec Jae. Il a rencontré beaucoup de personnes, et même un jour l’une d’entre elles avec une grande coiffe sur la tête. Jae est arrivé en larmes dans le bureau et ne comprenait pas cette attitude. Beaucoup sont attirés par les chamanes. J’aimerais que Lagrant nous explique ce qu’est un homme medecine comme l’était son père.

    Lagrant : ils aident les personnes qui souffrent. En principe, le medecine man sollicite les proches qui offrent des cadeaux pour aider à soigner le corps et l’esprit de la personne malade.

    Comment son père est devenu medecine man ?

    Lagrant : Mon père a été adopté par un homme medecine Navajo qui lui a transmis  « son pouvoir », afin qu’il puisse le partager avec les crows.

    Jean : Je parlais tout à l’heure avec Kevin…en aparté, on appelle cela « mocassin téléphone »… et j’ai cru comprendre que tu allais certainement avoir un rôle important à la suite de ton père ?

    Lagrant : Tout à fait, mon père m’a demandé notamment de continuer de transmettre tout ce qui concerne la sweat lodge.

    Jean : J’ai eu cette chance de participer à une sweat lodge l’année dernière dans le Montana. C’était extrêmement puissant. J’en profite pour le remercier publiquement..Ceux qui me connaissent savent que j’ai traversé un hiver très difficile, et cette expérience  m’a permis de l’appréhender à un autre niveau.  

    Au nom de la nation crow, de quel message êtes-vous porteur pour les enfants ?  

    Lagrant : Parfaire son éducation, apprendre à ne pas tomber dans les clichés !

    Jean : Kevin et Lagrant insistent sur l’importance d’apprendre pour être au même niveau que l’homme blanc. Cette année, 1600 enfants sont venus sur le camp. Je leur parle  du respect de la Terre Mère, de ce que j’ai pu comprendre dans la réserve. Kendall soutient mon action, il danse pour eux, et espère qu’à l’âge adulte ils auront la maturité nécessaire et un nouveau regard sur le peuple amérindien.

    Est-ce que la femme a une place important dans la nation crow ?

    Mary : Nous n’avions pas forcément l’habitude de parler en public. C’est moins le cas aujoud’hui, et  sommes autant écoutées que les hommes.

    Y a-t-il eu une rupture dans la transmission de vos traditions ? Quand vous étiez plus jeune, vos parents ou grand parents vous ont-ils enseigné votre culture ?

    Mary : D’aussi loin que je me souvienne, il n’y a pas eu d’interruption dans la transmission de la tradition. Lorsque j’avais invité la première dame, je lui avais préparé une tenue. Nous tenons à respecter nos traditions.

    Jean : Je voulais émettre un petit bémol concernant cette transmission : lors de mes entretiens avec Kendall et Kévin, et je m’en suis aperçu lors de mon séjour l’année dernière, le gros problème qui persiste, c’est la dérive de certains jeunes….et puis avec les nouvelles technologies, la tradition n’est plus leur priorité, ils s’en éloignent, comme par exemple, le simple acte de se couper les cheveux… Néanmoins, la nation en prends conscience et milite dans le bon sens, organise des actions, des manifestations en faveur de la préservation de la culture. Le problème est général à toutes les nations !

    Jean : Est-ce que Sonny continuait à porter le message de Plenty Coops (chef traditionnel 1848-1932)

    Lagrant : oui, j’ai continué à porter son message, notamment à mes enfants qui à leur tour doivent faire de même.

    Jean : combien y a-t-il d’hommes médecines encore dans la réserve. Sonny c’était les pierres, d’autres le végétal….

    Lagrant : je ne sais pas combien exactement il y en a, mais je sais qu’ils sont toujours là au moment où il le faut.

    Jean : Avant les derniers évènements très difficiles pour la famille Black Eagle (décès), perte des élections de Cédric (frère de Lagrant) dans de mauvaises conditions, j’avais vu une réserve unie, N’avez-vous pas peur d’une division de la nation crow avec le nouveau Chairman ?

    Lagrant : Quoiqu’ il en soit, la politique divise. Quelques familles crow ont choisi de prendre une autre direction politique, et en effet, je crains une division au sein de notre nation.

    Alexandra (présidente de l’association « Montre moi tes couleurs ») : question pour Lagrant : Cela fait deux ans que tu viens aux tipis du bonheur de vivre pour accompagner deux jeunes enfants (Jae et Darrian). Cette année est particulière puisque tu es avec ta maman. Quelle dimension prenait ce voyage pour toi ?

    Lagrant : Je suis très heureux et fier que ma mère soit du voyage avec moi pour partager notre culture avec vous qui êtes désireux d’apprendre. Elle voulait absolument venir et voir la France. Effectivement, c’est toujours une émotion particulière de venir ici accompagné, et encore plus aujourd’hui pour des raisons affectives encore différentes…

    Mary : en venant ici, j’ignorais que je serai la Présidente du festival, c’est un grand honneur pour moi !

    Vous pouvez maintenant attacher vos ceintures : décollage immédiat pour le Montana. Vous aurez un petit aperçu de mon excursion, et j’espère que cela vous démangera pour partir. C’est un voyage hors du temps, à la découverte d’une autre culture, celle de la nation crow du Montana et de ses magnifiques paysages. Nous étions 4 pour ce voyage test : Jean qui est à l’origine de ce projet (tipis du bonheur de vivre), Cécile sa future femme, Alexandra (présidente de l’association Montre moi tes couleurs) et moi-même présidente de l’association La tribu Calumet.

     ENFIN !!!!! Nous voici à BAAXUWUAASHE (l’endroit où l’on fait le pain)

     DSC02909

     DSC02927

    Je vous ferai partager mes impressions avec humour et chaleur dans ce reportage photos. Nous avons reçu un accueil très chaleureux de la part des crows et en particulier de la famille Black Eagle

     

    DSC02913 bis


    DSC02934 bisPas mal le panneau !! Là, déjà on est au parfum !

    <o:p> </o:p>

    Alors que nous prenions des photos, les crows nous faisaient un petit signe de la main pour nous dire bonjour. De la curiosité à notre égard, des questions : Est ce que nous venions pour la Crow Fair ?, qui nous connaissions ?, comment trouvions nous le Montana ?….Aucun signe d’animosité de leur part.

     

     

     

     

     

     


     

     DSC02935

    Photo assez surprenante, une énorme pub pour un casino qui n’est pas très loin de l’église. Et des chevaux en totale liberté sur la réserve. Je broute à droite, à gauche… et je m’en vais voir ailleurs si l’herbe est plus verte. Et un petit tour à la rivière pour boire.

     

    Pas de problème avec la circulation, respect de la vitesse et on sait prendre le temps… on patiente.
     

    Nous voici dans un lieu incontournable : un restaurant – boutique le « Custer Battlefield ». Pour la

    DSC02936
     
    petite histoire, le propriétaire est marié à une crow, et le personnel est crow. Lieu très bien conçu. Le restaurant est sur la gauche, et les toilettes complètement à droite. Alors vous passez immanquablement dans l’énorme boutique d’artisanat amérindien (bijoux, livres, t-shirt….),  et là houlàlà !!!!louptacco veggie

    En plus vous aurez également cette tête là quand vous vous trouverez devant votre assiette « indian tacos », et je rassure les végétariens, on trouve tout  ce que l’on veut la preuve (assiette veggie).

    Que du bonheur !!!

     
     
     

     

     Et hop sur les routes, en 14 jours on a quand même fait 2800 kilomètres en voiture.

    Alors faut encaisser.

    Des paysages grandioses, étendues à perte de vue comme dans les films. Pas le moment d’avoir oublié de prendre de l’essence. Avant de voir passer une voiture, il faut un temps certain !

    DSC02941
     
    LES BAD LANDS
    DSC02948
     
     
     
    DSC02955 BIS

    Notre guide, Lagrant Black Eagle et le Chef Alaxchiiaahush « Plenty Coups (1848-1932) – ce qui signifie « beaucoup de réalisations ». Il était le dernier chef traditionnel de la nation crow. Ce fut un visionnaire qui mena son peuple dans le 20 siècle. Homme d’état accompli, ambassadeur bien connu par plusieurs présidents et dirigeants étrangers.

     

    DSC02954

    Le premier à avoir une maison

     

    DSC02956

    C’était un agriculteur, éleveur, un intendant expert et un partisan de l’éducation.

    CHIEF PLENTY COUPS STATE PARK a ouvert en 1928, lorsque Plenty Coups et son épouse ont voulu que leur maison et leur terre soient un lieu de rassemblement pour toutes les cultures dans un esprit de coopération. Plenty Coups n’a pas consacré ce lieu pour lui-même ou à ses actes glorifiés, mais pour honorer la culture de la nation Crow et de rassembler les personnes dans l’harmonie.

    C’est un lieu très simple, qui respire la paix et l’harmonie. Non loin de là, une fontaine coule, où de nombreuses personnes y viennent se recueillir et prier, mais personne ne connait sa provenance.

    DSC02963

     

    Visite du musée OLD TIME DE HARDIN

    DSC02981

     

    Un retour dans le passé, village reconstitué avec la nette impression que Laura Ingalls va sortir d’une des maisons. La gare, l’église, la poste, matériel agricole…..DSC02979

     

     

     

     

     

     

    DSC03009

    Tom Campbell était un fermier qui n’hésitait pas à employer des crows. C’était une énorme chance pour eux. Ils résidaient dans desbaraquements avec toutes les commodités de l’époque.DSC03001 bis

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     
     
     
     
     
     
     

                                                                           

    DSC03004

     

    Bon, là j’avoue, je n’ai pas résisté, sur les étages…. Calumet en référence à notre association.

     

     

     

     

    DSC03039

     

    Et oui, on avale des kilomètres mais on s’arrête de temps en temps. On profite du paysage, on photographie beaucoup aussi.

     

    Je me demande comment Jean arrive à voir derrière un pare-brise aussi cracra….

     

     

    YELLOW TAIL DAM (barrage)

    Changement complet de paysage

    DSC03044

    Et là le moment que vous attendez tous : LA CROW FAIR

    Lors de la Crow Fair, 1500 tipis sont installés. Suivant les années, entre 500 et 900 danseurs sont présents. Une explosion de couleurs, les chants et le drum qui résonne dans le cœur. Des images à vous couper le souffle. Nous avons eu la chance de rester plusieurs jours sur le site. Les coups de canon rythment le réveil (surprenant), et annonce à l’avance (demi-heure et heure), afin d’être prêt pour la parade à cheval ou en voiture, et pour les danses.

    Environ 200 chevaux, voire plus, vont défiler, uniquement des crows. C’est une fierté, du plus jeune au plus ancien, ils seront là et c’est à celui qui aura le cheval le plus beau (couvertures, harnachement perlé…).

    Vous avez peur de ne rien voir ? pas de panique, vous pouvez installer votre siège le long de la route, dès le matin, personne ne viendra l’enlever. On est loin de l’individualisme européen. Prévoir de grandes poches pour les gourmands, au passage, lancer de bonbons pour les enfants…mais aussi les adultes.

     

    DSC03277

     

     

    DSC03305
     
    DSC03327
     

    Ah oui, certains, dès 6 h du matin, participent à une course de fond - avec bébé - et classement final

    DSC03262
     

    Moments magiques parfois où l’on a  juste le temps de prendre son appareil pour  prendre ce genre de photos…

    DSC03269
    DSC03418
    DSC03428
    DSC03158
    DSC03364
    DSC03376
    DSC03352
    DSC03125

    DSC03515
    DSC03517

    La cérémonie de clôture de la Crow Fair 

    Nous avons eu l’immense privilège d’assister à la cérémonie de clôture, car peu d’Européens ont ce privilège. Vers 15h, un groupe se rassemble avec le drum familial. Ils sont environ une vingtaine de danseurs, ils chantent, fument et prient. Ensuite ils partent pour une autre direction en défilant les uns derrière les autres en chantant. Ce rituel s’opère 4 fois. Au fil du parcours, le petit groupe s’étoffe, jusqu’à représenter une foule immense. Tout le monde participe, du plus jeune au plus âgé, sous un soleil de plomb, ils avancent. Des policiers bloquent la route, il est interdit de traverser, c’est un signe de mauvais présage. L’année à venir doit augurer le meilleur, pour que vous puissiez être à nouveau présent pour le prochain Pow Wow. Ensuite il est environ 18h lorsque la foule entre dans l’air de Pow wow. Je n’ai pas vu un seul enfant se plaindre ou être dissipé. Ils suivent l’exemple des aînés avec fierté.

    DSC03528
    (Seule photo que vous verrez pour cet évènement)
     

    Petites anecdotes pour vous faire comprendre l’hospitalité de la nation crow :

    ·    Nous sommes allés dans une maison de retraire médicalisée qui regroupait 21 pensionnaires. En général, la plupart des personnes âgées sont en famille. Nous voulions en savoir plus, car Cécile travaille dans le même domaine, et savoir quelles étaient leurs attentes vis-à-vis des associations françaises. Et surprise, Nous avons été cordialement invités à déjeuner. On nous a offert à boire, fait visiter les lieux et présenté  au personnel et aux résidents. Serions-nous reçus avec la même gentillesse en France ?

    ·    Nous avons décidé d’aller rendre visite au frère de Lagrant, Cédric (l’ancien Chairman), pendant la crow fair, car c’était l’anniversaire d’un de ses fils. Nous avons débarqué à l’improviste, et pourtant, nous avons eu l’impression d’être des invités d’honneur. Les jeunes nous ont naturellement cédé leur chaise, et nous avons été priés de partager le buffet avec eux.

    A MEDITER !!

     

    Nous reprenons la route direction pour YELLOW STONE

    DSC03676
    DSC03606
    DSC03685
    DSC03844
     
    Un bison passait par là, à quelques pas, rencontre fabuleuse
    et improbable à cet endroit. Les rangers se posaient
    des questions : pourquoi si haut, tout seul et très près des touristes ?
    Je n'ai pas vu de troupeaux de bisons, bizarre !!
    DSC03831

    DSC03939
     

    AIDE AUX FUTURS VOYAGEURS

    Dans la mesure du possible, ne prenez pas la compagnie DELTA AIR LINES, il y a constamment du surbooking. Perte de ma valise, obligée d’aller le lendemain soir de notre arrivée à l’aéroport pour la récupérer. Une autre valise fendue. Ce n’est pas un cas isolé, mais manifestement,  c’est récurrent.

    Le voyage est très  long, 10h de vol, deux étapes, plus une heure de voiture, pas grave, la joie de fouler le Montana est à la hauteur de notre attente.

    Pendant la Crow Fair, beaucoup de poussière. Je ne conseille pas les lingettes, avec la chaleur, cela laisse une pellicule sur la peau et on finit par se gratter. Il vaut mieux de l’eau sur une serviette ou un kleenex, sans oublier le brumisateur.

    Ne prendre dans la valise que peu d’affaires, vous pourrez laver vos vêtements dans les hôtels et cela vous fera gagner de l’espace si vous souhaitez ramener une tonne de souvenirs... (valise en soute 23kgs, bagage en cabine 10kgs). Et oui, ce n’est pas beaucoup, surtout si vous êtes accro au shopping !

    Pensez toujours à demander une seconde clé magnétique pour l’hôtel. En général, dans les hôtels, à une certaine heure, l’accès aux chambres nécessite la carte. Ne faites pas comme moi, Alexandra monte, je reste en bas pour aller sur internet et malheur, comment je fais pour monter me coucher ? Alors, c’est la débrouille, on essaye de chercher les phrases les plus simples en anglais pour se faire comprendre. Et là miracle, avec peu de mots, la personne m’a comprise. Ouff !!!

    Le prix du voyage est à la hauteur de vos espérances. Vous ne serez pas déçus. A titre personnel, son coût était à ma charge exclusive. Evidemment, aucun frais n’a été facturé à notre petite association.

    IMG_4472
     
     
     
    vous aurez également la chance de découvrir :
    Le site sacré de Pretty Eagle Point,  Little Big Horn, La Medecine Wheel au Wyoming, de voir le musée de Buffalo Bill ( très belle exposition des premières nations)...et d'autres merveilles !!!
     
    PHOTOS PELE-MELE
    DSC03082
    DSC04190
    DSC04191
    Notre hôtel super 8 à Hardin, les employés sont des crows
    DSC03594
     
    DSC03589
     

    Nous voici dans une boutique hallucinante pour les gourmands

    Des bonbons partout, une déco à l’ancienne.

    DSC03583
    DSC02930 bis
    il n'y a qu'à se baisser pour trouver de la sauge, c'est en profusion.
    DSC02964
    petits fruits très sucrés avec un très gros noyau, par contre le nom ?? Délicieux !!
    DSC02966
    IMG_3777
     
     
    MAINTENANT C'EST A VOUS DE PARTIR
    POUR TOUS RENSEIGNEMENTS PRENDRE CONTACT AVEC :
    LES TIPIS DU BONHEUR DE VIVRE : http://www.lebonheurdevivre.net/
    OU SUR FACEBOOK :
    https://www.facebook.com/FansDeProfilage?ref=ts&fref=ts#!/IndianLegendsTravel?fref=ts
     
     
     
    moiREPORTAGE DE PATRICIA
     
     
     
     
     
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :