• «Mesnak» : un Hamlet émouvant aux traits autochtones

    http://patwhite.com/node/13565#comment-2704

    «Mesnak» : un Hamlet émouvant aux traits autochtones

    Soumis par Sarah-Émilie Nault le 31 octobre, 2011 - 15:54

    «Mesnak» : un Hamlet émouvant aux traits autochtones

    Mesnak, le premier film du réalisateur Yves Sioui Durand, adapte de façon plutôt surprenante le grand classique de Shakespeare. Être ou ne pas être autochtone ou soi-même? Telle est devenue la question.

    À la recherche de sa mère biologique, Dave, jeune autochtone urbain fraichement débarqué de Montréal, est de retour dans la réserve de son enfance. Son passé jusqu’alors flou et oublié sera ravivé par plusieurs rencontres, lui apportant chacune des bribes de son histoire. Entre le mensonge, le secret et la trahison, c’est une véritable tragédie moderne que met en scène l’excellent «Mesnak».

    S’approprier «Hamlet», ou du moins sa structure narrative était tout un défi pour le réalisateur Yves Sioui Durand. Évoluant de façon tout à fait shakespearienne, les remplaçants d’Hamlet, d’Ophélie ainsi que du beau-père et de la mère rendent justice aux personnages originaux, empruntant cette fois de superbes traits autochtones.

    Si quelques acteurs professionnels tiennent les rênes de ce long-métrage, le réalisateur a aussi trouvé important d’inclure des comédiens autochtones non-professionnels dans son film, rendant le long-métrage troublant de vérité. Le jeu des acteurs est simple et émouvant.

    Les secrets de famille, l’univers - parfois sombre - de la vie en réserve, le désir de vouloir rester fidèle à qui l’on est, la recherche de ses racines, l’amour et la justice mènent ce scénario (qui fut d’ailleurs travaillé en collaboration avec Louis Hamelin et Robert Morin) de façon touchante et convaincante.

    Voguant entre l’innu et le français, les dialogues montrent l’érosion de la langue vécue par les Innus, une langue maternelle qui se mélange au français, ici et là.

    Le contraste entre la nature omniprésente et lumineuse et la réserve, plutôt sombre, fournit à ce long-métrage une beauté et une force tranquille basées sur les oppositions faisant la vie.

    Et pour ceux qui se questionnent sur le rôle de cette tortue intrigante qui semble suivre les faits et gestes des personnages de l’histoire, il faut savoir que Mesnak, c’est elle. Symbole mythologique de la terre et de la mémoire, elle est en fait le double du père disparu, figure aparaissant en fantôme dans l’Hamlet de Shakespeare.

    Entre les animaux sacrés, les serments oubliés et les vérités nouvelles, «Mesnak» est l’un de ces films qui permet de vivre, par procuration, le destin de grands personnages pour ainsi nous aider à éclairer le nôtre.

    www.mesnaklefilm.com

    (Photo Maxime Desnoyers)

    <script type="text/javascript"> var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-26978668-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })(); </script>

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :