• http://www.journalexpress.ca/Culture/2015-02-26/article-4058347/La-richesse-culturelle-des-Abenakis-mise-en-valeur/1 

    Au Symposium des arts UV Mutuelle de Drummondville

    ARTS VISUELS. L’Univers culturel des Abénakis et l’artiste Julie Lambert sauront attirer les foules lors de la 20e édition du Symposium des arts UV Mutuelle de Drummondville qui se déroulera du 13 au 15 mars. 

    <figure>

    © Photo TC Media - Ghyslain Bergeron

    </figure>

    Joyce Panadis, artiste abénakise, Serge Boudreau, président du conseil d’administration du Symposium des arts, Jacques Desbiens, président d’UV Mutuelle et président d’honneur de l’événement, Michelle Bélanger, directrice générale du Musée des Abénakis d'Odanak, Christine Sioui Wawanoloath, artiste abénakise ainsi que Julie Lambert, artiste invité. 

    Les amateurs d’art seront particulièrement conviés cette année à venir découvrir l’univers culturel des Abénakis par l'entremise de la présence du Musée des Abénakis d'Odanak et de celle de deux artistes abénakises, en les personnes de Christine Sioui Wawanoloath et Joyce Panadis. Dans le cadre de cet hommage aux Premières Nations, les visiteurs pourront découvrir le savoir-faire et les us et coutumes de ce peuple amérindien.

    «Ce sera une occasion pour le Musée, qui célèbre cette année ses 50 ans, de sortir de la communauté et d'aller vers les gens. Ce sera une belle vitrine pour faire connaître nos artistes et le musée», fait savoir Michelle Bélanger, directrice générale.

    «L’année 2015 en sera une particulière puisqu’elle viendra souligner trois événements importants, à savoir le 200e anniversaire de Drummondville, la 20e édition du Symposium des Arts UV Mutuelle et le 50e anniversaire du Musée des Abénakis à Odanak», indique le président du conseil d’administration du Symposium, Serge Boudreau.

    Julie Lambert

    L'artiste drummondvilloise Julie Lambert présentera, en plus de ses œuvres, l’exposition Chaos qui s'est tenue dans plusieurs centres de diffusion à travers le Québec. Caractérisée d’art engagé, cette exposition exprime le grand dilemme entre l’écologie et l’économie.

    «Cette exposition m'a permis d'obtenir une réelle reconnaissance par mes pairs, entre autres en étant récipiendaire du Prix reconnaissance à la Créativité artistique remis par la ville de Drummondville et du prix Arts visuels lors du GalArt. Drummondville aura été le premier et le dernier endroit à accueillir Chaos puisqu'on procédera à son démantèlement à la fin du Symposium», expose celle qui a participé à plusieurs éditions, dont la première, en 1995.

    Les visiteurs seront à nouveau gâtés cette année puisqu’ils courront la chance de remporter une magnifique sculpture de Mme Lambert à l’achat de billet. Les profits seront remis à un organisme communautaire.

    «Les visiteurs auront également la chance d’apprécier les réalisations artistiques des étudiants en arts plastiques du Cégep de Drummondville en plus d’artistes locaux grâce à la présence de la Galerie d’Art Axart et de La Guilde des artistes de la région de Drummondville. Le Club de photo Drummond, comptant plus de 30 membres, fera également partie de l’exposition à l’entrée du Symposium en y présentant une quarantaine de photographies en tous genres», précise M. Boudreau, président depuis les tout premiers débuts.

    La Société Saint-Jean Baptiste du Centre-du-Québec a lancé, quant à elle, un concours dans le cadre du symposium. Elle offrira une bourse de 250 $ à l’un des artistes qui créera une œuvre illustrant la mise en valeur de l’histoire ou du patrimoine ou de l’expression ou de la fierté de la culture québécoise. Les visiteurs auront la chance de pouvoir désigner l’œuvre gagnante.

    Nouveauté cette année, deux sites d’expositions, soit à la place centrale des Promenades Drummondville ainsi que dans cinq locaux situés à proximité de celle-ci, permettront de recevoir près de 90 artistes.

     

    20 ans plus tard…

    Le Symposium des arts de Drummondville a été fondé il y a 20 ans par deux passionnés et amoureux des arts, dont Serge Boudreau, qui voulaient permettre au potentiel créatif des artistes du Québec d’être mis en valeur. Le premier événement s'est tenu en juin 1995 avec très peu de ressources et d'équipements et… 500 $ de budget. Vingt ans plus tard, le Symposium est devenu un incontournable du milieu culturel et figure depuis déjà 5 ans dans le Top 10 des meilleurs symposiums au Québec. Ce rendez-vous annuel réuni depuis les dernières années plus de 70 artistes issus de différentes régions du Québec ainsi que du Nouveau-Brunswick, lesquels exposent entre 700 et 800 œuvres originales.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique