• Ernest Aness Dominique

    Ernest Aness Dominique

    www.ernestdominique.ca

    W3Schools.com

    Autodidacte, Autochtone natif du Labrador, mes souches se trouvent dans une petite villeminière située au nord du 55è parallèle. C’est dans cet univers que j’ai grandi.

    J’ai développé mon sens artistique, très jeune. Il m’a permis de m’exprimer et de prendre confiance en moi en m’apportant une extraordinaire liberté d’expression. C’est à ce moment, que j’ai compris que les arts deviendraient toute ma vie.

    Depuis, J’ai été invité à exposer mes œuvres dans les plus grands déploiements artistiques du monde, en Europe, en Afrique, aux Etats-Unis, en Inde, au Japon et même à Dubaï.

    Je suis très fier de mon cheminement à travers la résidence d’artistes et l’école d’art CLIFFS-AGARA, j’ai envie de transmettre mon bagage à d’autres en plus de participer aux rapprochements des peuples. J’espère trouver une relève qui continuera de partager cette richesse.

    N’hésitez pas à me contacter!

     

     
    Entouré du chef de Uashat Mani-Utenam Georges-Ernest Grégoire et de l artiste Ernest Dominique, le ministre aux Affaires autochtones, Geoffrey Kelly, a coupé le ruban traditionnel, inaugurant l Agara.
    L’artiste innu Ernest Dominique et sa conjointe Josée Leblanc en rêvaient depuis cinq ans. Ils ont concrétisé ce rêve hier, alors que l’Agara, une véritable maison de la culture autochtone, était inaugurée en présence de plus d’une centaine de personnes dont le ministre aux Affaires autochtones du Québec, Geoffrey Kelly, patron d’honneur pour l’occasion. L’Agara aura pignon sur rue Boulevard des Montagnais à Uashat.

    L’Agara abrite la galerie d’art du peintre Ernest Dominique, mais également une école d’art, supportée par Cliffs Mines Wabush. La mission de l’école sera de transmettre le savoir d’artistes professionnels à la population, en plus de rapprocher les peuples par l’apprentissage de l’art.

    Maison des arts

    Le bâtiment accueille aussi une résidence d’artistes, supportée par Rio Tinto-IOC, une première au Québec. La résidence se veut un lieu d’immersion dans la culture et les arts, un milieu d’apprentissage et de repos, question de laisser l’artiste baigner dans un univers différent du sien, mais aussi de stimuler son esprit créatif. Enfin, l’Agara abrite aussi un gîte.

    «Le gîte Le repos du guerrier est un endroit de passage où les gens pourront trouver le repos, en plus de participer à l’autofinancement de l’Agara. On y trouvera plus de sept chambres entièrement neuves. Et les occupants pourront déguster chaque matin un déjeuner continental», indiquait le couple Dominique-Leblanc lors de l’inauguration.

    L’Agara offrira aussi le service d’organisation d’événements; galas, événements corporatifs, congrès, festivals, expositions, levées de fonds, mariages et autres activités pourront y trouver place.

    Tant le ministre Kelley que les représentants des minières et le chef de Uashat Mani-Utenam Georges-Ernest Grégoire ont loué la détermination du couple dans la concrétisation de leur rêve. Déjà réputé comme ambassadeur international de la culture innu, Ernest Dominique a exposé au Louvre et aux Nations-Unies. Il a été reconnu comme un fils de Uashat, «même s’il est originaire de Matimekosh-Lac John», a blagué le chef Grégoire.

    Aness

    Il est calme, serein, voire même timide et dégage l’humilité. Mais Ernest Dominique dit Aness s’est néanmoins donné une mission: celle de propager la culture innue à travers le globe, par le biais de sa peinture.

    Son parcours des dix dernières années en témoigne. Tout a commencé à Schefferville. L’homme est né il y a 46 ans dans la communauté innue de Matimekosh Lac John, en périphérie de l’ancienne capitale mondiale du fer. Issu d’une famille de onze enfants dont la plupart sont artistes - dessinateurs, peintres, illustrateurs.

    Plus d’un orateur lui a rappelé ses propres propos concernant sa jeunesse: «Lorsque ma mère rentrait de l’épicerie, nous nous disputions les sacs en papier». Ces sacs furent les premiers témoins de ses balbutiements en peinture.

    Romantique, Ernest Dominique est un autodidacte. Tout ce qu’il sait sur la peinture, il l’a appris par lui-même. Les différentes nuances de couleurs disponibles aujourd’hui dans tout établissement de matériel d’artiste, prêtes à être utilisées, il en a lui-même fait l’apprentissage. Il peignait alors une centaine de toiles par années. Lesquelles suscitaient l’admiration des gens de sa communauté.



     

    <script type="text/javascript"> var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-26978668-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })(); </script>

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :