• Dominique Rankin et Marie-Josée Tardif signent le livre « On nous appelait les sauvages »


    http://www.leplacoteux.com/index.asp?s=detail_actualite&id=135137

    Un autre regard sur l’histoire

    SAINT-PASCAL Dans leur ouvrage « On nous appelait les sauvages », Dominique Rankin et Marie-Josée Tardif portent un regard nouveau sur l’histoire des Amérindiens. L’histoire des Amérindiens vue par un Amérindien.

    À travers l’histoire de Dominique Rankin, le lecteur découvre celle qui a marqué son peuple nomade forcé de devenir sédentaire. Il nous fait découvrir l’impact que l’arrivée de l’homme blanc a eu sur la culture autochtone. Son histoire, Dominique Rankin la met en parallèle avec une très ancienne prophétie appartenant à son peuple, celle des Sept Feux.

    Né sur les berges de la rivière Harricana, en Abitibi, le jeune Dominique Rankin est destiné à succéder à son père à titre de chef héréditaire et homme-médecine, mais l'envahissement des territoires autochtones par les Blancs et l'intégration forcée à leur société change radicalement le cours de son existence.

    Pensionnat des petits sauvages

    Dès les premières pages, Dominique Rankin nous parle de la relation qu’entretient son peuple, le peuple algonquin, avec la nature (la Terre-Maman), de sa nature nomade que l’arrivée des blancs a bouleversée. Forcés de se convertir à la religion catholique, les Amérindiens perdent leur culture. Un chapitre troublant, celui où Dominique Rankin raconte son passage dans le pensionnat des petits Sauvages. Comme d’autres enfants amérindiens, Dominique Rankin raconte avoir été forcé de bruler ses vêtements et ses cheveux. « Dans notre tradition, les hommes laissent pousser leurs cheveux pour marquer leur lien avec la Terre-Maman. » Aussi comme signe de respect pour le Féminin.

    Dominique Rankin raconte aussi comment les enfants qui se sont retrouvés au pensionnat ont été punis pour le simple fait de parler leur langue et comment ils ont été contraints à des sévices sexuels.


    Dominique Rankin et Marie-Josée Tardif signent le livre « On nous appelait les sauvages »
    publié aux éditions Le jour
    (crédit photo : Sylvie-Anne Paré)

    Respect et pardon

    Autrefois grand chef de la nation algonquine, Dominique Rankin ouvre ici le livre de ses souvenirs, les plus lumineux comme les plus sombres, et offre un vibrant témoignage sur le respect, le pardon et la guérison qui nous fait découvrir un peuple à la tradition millénaire.

    Native de Saint-Pacôme, la journaliste Marie-Josée Tardif est aussi la conjointe de Dominique Rankin. C’est elle qui a recueilli ses témoignages et qui les a confiés à la page blanche en suivant la trame proposée par la prophétie des Sept Feux.

    « Les Blancs, on ne sait pas ce qui s’est réellement passé », dit-elle. Selon madame Tardif, ces deux peuples n’ont pas appris à se connaître. « Leur univers est une grande richesse », ajoute la coauteure. Elle cite notamment leur grand respect de soi et des autres.

    Dominique Rankin se consacre aujourd’hui au rôle de leader spirituel dans la tradition Anicinape. Marie-Josée Tardif est aussi apprentie femme-médecine. Une médecine basée sur la connaissance ancestrale où le corps n’est jamais séparé de l’esprit.

    Marie-Josée Tardif souhaite que le livre contribue à faire tomber les préjugés qui perdurent envers des Amérindiens et qu’il aide à apprendre aux deux peuples à mieux se connaître.

    <script type="text/javascript"> var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-26978668-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })(); </script>

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :