• Conférence du 12 avril 2005

    <script language="JavaScript" src="http://www.traducteurenligne.net/traducteurgr/flags.js"></script>

     CONFERENCE "DROITS DES PEUPLES AUTOCHTONES"
    du 12 avril 2005

    Organisée par l'association Paroles de Nature

    Avec la présence exceptionnelle d’acteurs majeurs du groupe de travail pour les droits des Peuples Autochtones de la commission des Droits de l'Homme, ONU, Genève :

    "Je vais essayer de vous faire partager cette soirée du 12 avril 2005. Il n'est pas facile de tout noter, de ne rien oublier, de rapporter entièrement et correctement tous les propos. Je n'ai pas pu vraiment tout prend. Si par hasard je ne me souvenais plus vraiment et n'arrivais plus à me relire, j'ai préféré enlever la phrase. Je suis désolée mais pour le moment ne sais plus le nom du représentant de la nation Maya. J'espère avoir fait de mon mieux et s'il y a des erreurs, me prévenir."

    Patricia

    INTERVENANTS

    Kenneth DEER, un des leaders et défenseur de la langue et des traditions de la nation Mohawk de Kanesatake - Canada

    Adelard BLACKMAN BUFFALO un des leaders de la nation Dene - Nord du Saskatchewan- Canada. Il œuvre activement pour faire reconnaître les droits d'usage des territoires ancestraux et pour porter ce sujet devant le Tribunal International de La Haye

    Terry BROWN, une des représentantes de la nation Tahltan - Colombie Britannique

    Les MALEZER, représentants de la Fondation pour la défense des droits des Aborigènes -Australie

    Armand McKENZIE, avocat et représentant du conseil des Innu - Québec

    José MORALES  Représentant de la nation Maya

    La conférence a débuté par une prière d'Adelard Blackman et une purification des lieux. Suivra la projection du film " Peuples Indigènes : environnement et humanité durables." Ce film a été réalisé par P. Beaudouin grâce à l'aide et à la coopération d'amis, d'ONG's, et de contacts du monde entier.(Nos remerciements vont à tous les représentants des Peuples indigènes à Genève, Kimberley, New York, Johannesbourg. Leur sagesse, leurs connaissances, leur force spirituelle, nous ont aidés constamment).

    EXTRAIT DU FILM : "PEUPLES INDIGENES : ENVIRONNEMENT ET HUMANITE DURABLES"
    ..............."Qu'allons-nous laisser derrière nous, à nos enfants ? Seulement les déchets, conséquences de nos erreurs ? Non !! Nous voulons leur laisser le meilleur ! Nous, les peuples indigènes, en marche vers l'avenir, nous allons aider l'homme blanc, la "nouvelle civilisation"
    Pour réaliser ce qu'ils veulent.
    Et que recherchent-ils donc tous ?
    Ils appellent çà : "un monde meilleur" !

    Qu'est-ce qu'un monde meilleur ? Pour les Peuples Indigènes, un monde meilleur, cela veut dire : bien manger. Avoir faim, et avoir de la nourriture : avoir soif, et avoir de l'eau à boire. Donc, nous considérons le futur avec espoir. Mais si nous ne partageons pas cet espoir avec les responsables de l'ONU, de la CEE, des institutions financières internationales et aussi avec les représentants des gouvernements, comment allons nous mener à bien le processus nécessaire à la protection environnementale ?

    Tom Goltooth Porte parole des Peuples Indigènes Johannesbourg 2002
    "Nous affirmons ici encore nos déclarations précédentes sur l'environnement et l'humanité durables. Depuis92, les discours sur le développement durable se sont intensifiés. Néanmoins, les écosystèmes de notre Terre Mère poursuivent leur dégradation intensive. Nous sommes en crise. Dans une spirale accélérée de réchauffement climatique qui ne permet plus l'avidité non durable ! Il est impératif de reconnaître les Peuples Indigènes en tant que PEUPLES, dans les lois internationales. Nos territoires sont l'essence même de notre existence. Nous sommes la Terre, et la terre c'est nous. Nous sommes l'eau, et l'eau c'est nous. Aujourd'hui, nous affirmons notre lien à la Terre Mère, et notre responsabilité face à la jeunesse, et aux générations futures, en vue de préserver la paix, l'équité, et la justice.

    Le conseil de Fens Lyberdh (Inuit) à une jeune Sud Africaine
    " Je voudrais que tu apprennes à faire fondre la glace dans le cœur de l'homme ! Car ce n'est que lorsque la glace a fondu dans leur cœur, que les gens peuvent changer en mieux."..............

     
    PHOTO DE JJCRANCE

    QUESTIONS 

    Quelles sont les difficultés les plus importantes pour faire reconnaître les droits des autochtones ?

    Il y a d'abord un manque, souvent une ignorance des peuples. La marginalisation, et le faire d'entrer dans le moule de la civilisation. Reconnaître le droit des autochtones est considéré comme remettre en question la constitution. Les compagnie minières devront discuter avec les différents peuples autochtones. Reconnaître un partage des richesses. Le droit international peut obliger les Etats à reconnaître les droits des autochtones. Nous ne comprenons pas pourquoi la France ne veut plus reconnaître nos droits.

    Si nous sommes ici ce soir, et aussi nombreux, c'est que nous constatons qu'il y a "urgence". Qu'est ce que vous pouvez faire pour notre civilisation contemporaine qui n'a plus de sens ?Quelles sont vos visions qui vont au-delà du droit ?

    "Si vous pensez que votre vie n'en a pas, nous nous pensons que nos vies ont un sens. Car nous gardons un contact très proche avec la nature. La technologie moderne ne fait que vous éloigner de la nature. Plus on s'éloigne moins la vie a de sens. C'est pour cela que le durable ne peut marcher que si l'on garde un contact. Une société et une humanité durable, car le développement n'est pas ce qu'il y a de plus important. Et beaucoup de religions modernes ne satisfont pas. C'est un éloignement avec la nature, la spiritualité. Nous amérindiens nous maintenons le lien de l'équilibre entre les deux mondes.

    Je travaille dans la "direction du développement durable". J'insiste sur le développement. Qu'est ce qui pour vous ferait fondre la glace dans le cœur des hommes ? Qu'avez vous envie de nous dire ? Quelles sont les outils pour notre quotidien ?

    Adelard BLACKMAN BUFFALO
    Je vais faire de mon mieux pour répondre à cette question. Dans les villes comme Paris, il est difficile d'être proche de la terre. Je vais vous donner un exemple, lorsque je suis éloignée de ma terre. C'est un moyen qu'un ancien m'a révélé lorsque vous n'êtes pas bien, que vous traversez des moments difficiles. Il existe pour chacun de nous a un endroit spécial en imagination ou un souvenir. Sentez, pensez à cet endroit en esprit. Faites une prière pour demander de l'aide. Mais n'oubliez jamais cet endroit très spécial. Pour moi c'est un endroit où je me rend avec mes petits enfants, je ne sais pas si çà vous aide ?Je pense que le "développement durable" est une fumisterie, et des termes complètement en contradiction. Nos ressources sont limitées. Développement donc en croissance mais non durable. C'est le 1er point.
    2ème point, ce qui nous rassemble est un combat commun. Allier. Mais je ne crois pas que vous convaincrez les occidentaux au retour à la nature. Ma vie a un sens. L'urbanisation est irréversible. Je regrette le lien avec la nature. Ce n'est pas cet argument qui fera le changement. On ne peut pas, ne pas passer par la lutte politique. Quel est le type de renfort et d'alliance que vous attendez de nous ?

    Terry BROWN
    Ce sont des mots décourageants et ce n'est pas la 1ère fois qu'on me dit çà. On croit que l'on ne peut pas arrêter le développement, la cupidité. Sinon c'est la mort de l'économie, fondée sur l'exploitation. Exploitation à n'importe quel prix au nom du profit. Mon peuple est très accueillant, spirituel, vivant du fruit de la terre, aimant la terre et toutes les créatures. Nous dépendons des uns des autres. Je vous décris mon territoire avec les montagnes, glaciers, volcans, rivières, fossiles anciens, animaux, moutons, espèces menacés (grizzly, aigles...)....Mais il y a la cupidité de l'homme blanc. Le danger est, que les jeunes soient convaincus qu'ils ne peuvent pas changer les choses. Les anciens m'envoient car ils ne pensent pas que cette lutte soit inutile. Nous habitons ce territoire depuis les temps immémoriaux. Nos anciens ont eu la vision que l'homme blanc allaient venir et enlever toutes leurs richesses à n'importe quel prix. 

    Les corporations sont sur nos sites sacrés, et certains sont susceptibles de disparaître. A moins que les peuples autochtones ne les arrêtent. C'est difficile. Ne pas vous laisser croire que c'est trop tard. Ne pas se laisser embobiner. Si c'est ce que vous croyiez alors ils auront réussi.

     
    Photo de JJcrance - Adelard BLACKMAN

    José MORALES
    C'est une histoire d'amour avec la terre. Enfin je l'espère, si vous êtes capable d'aimer ? Mais la destruction complète est pour bientôt. Il n'y a pas que les pays comme l'Asie que le malheur frappe. Et la modernité ne vous protège pas, vous faites comme les autres, vous êtes la liste et c'est pour bientôt. Puissiez-vous aimer vos enfants. Vous avez vos problèmes internes à la France (corses, bretons, basques...), et il y a eu un jour une réflexion comme quoi leurs revendications étaient les mêmes que les peuples indigènes. Comme si les revendications par exemple des Massaï étaient les mêmes que ceux des bretons. Ce n'est pas très objectif. Il y a un revirement de la France pour l'Union Européenne et nous pensons que si vous votez "non", Les Etats-Unis surgiront avec une force que rien n'arrêtera.

    Au Guatemala, le pouvoir, le gouvernement pense que les peuples veulent se faire la guerre, mais pas du tout. C'est surtout un problème économique . Si vous ne pensez pas à l'amour, être en esprit, nous perdrons tout espoir si vous ne changez pas et vous ne résoudrez pas vos problèmes

    Kenneth DEER
    lorsque quelqu'un frappe à votre porte. Vous demandez "qu'est ce que vous voulez ?". Nous à la différence de vous, nous lui disons, "entrez, vous voulez mangez ?..... c'est comme çà que l'on a perdu l'Amérique du Nord.

    Je suis du Limousin, et en ce qui concerne l'accueil, quand vous le souhaiterez nous nous accueillerons et ce n'est pas une blague. Nous organisons un forum social au printemps prochain sur les droits fondamentaux des peuples autochtones. Nous savons que la route est longue pour la reconnaissance de vos droits, mais nous avons été élevés dans une grande mystification. Dans nos manuels scolaires il n'y a rien qui mentionne la lutte des peuples autochtones. Mais des choses se font à Paris et ailleurs avec un retour vers la nature, même si pour nous ce n'est pas sur un plan spirituel, il existe des endroits en relation avec la terre et si vous venez nous pourrons vous faire découvrir notre région. Ma questions porte sur la déclaration universelle des droits de l'homme, est-elle complètement insuffisante ?

    Il existe une nouvelle déclaration qui est encore à l'étude.
    Premièrement nous devons garder nos traditions spirituelles. Les faire exister dans le cœur des jeunes et montrer leurs importances. Il y a trop de jeunes en difficulté. L'alcool, la drogue, le suicide.... de plus en plus de dommage sur nos jeunes. Ils doivent reprendre le contact avec leur spiritualité, liens de parenté avec leurs animaux.


    Les MALEZER,
    Sens et but

    En Australie au Queensland nous mourons jeune (moyenne 47 ans). Récemment il y a eu en prison un jeune de 20 ans qui est mort. Il avait les côtes cassées, des problèmes au foie. Nous sommes frustrer, nous devons survivre. Nous voulons que nos droits collectifs soit reconnus. Notre meilleur lien doit nous être rendus. Sans la terre nous mourons. C'est un premier pas pour sauver le monde. La leçon pour le chemin à suivre.

    Adelard BLACKMAN
    "Nous, peuple Dene de Buffalo River, notifions le gouvernement Canadien et les compagnies internationales présentes sur notre territoire que nous portons plainte auprès du Tribunal International de la Haye pour viol de nos traités.
    Nous avons donc rendu public les charges contre le gouvernement du Canada. :

    • Non respect des droits de l'homme, et la pertes de nos droits accordés par traités signés.
    • Pertes de nos ressources naturelles.
    • Génocide

    Nous avons crée un précédant envers tous les autres autochtones en amenant le gouvernement du Canada devant la cour internationale de justice. Nous voulons faire savoir au monde que ces multinationales détruisent notre environnement. Nous essayons de négocier avec, mais c'est très difficile.

    ......Extrait du film paroles de Kenneth DEER
    "Nous avons notre propre déclaration sur le développement durable :

    Elle souligne clairement que nous sommes deS PeupleS et que nous tenons essentiellement à nos droits. Plutôt que "Développement Durable", nous préférons "Humanité et Environnement Durables". L'essentiel, c'est que l'environnement et l'homme soient durables, pas le développement !

    A ce jour, l'article 26 de la déclaration de Johannesburg utilise au moins l'expression : "PeupleS indigèneS". Nous sommes donc reconnus en tant que tels. Nous pensons qu'il serait encore mieux de reconnaître nos DROITS, plutôt que notre "INTERET"....

    Adelard BLACKMAN
    Nous avons le taux le plus fort de suicide de jeunes au monde. Je suis effrayée pour notre peuple. Récemment nous avons eu un problème dans une communauté où en l'espace d'une semaine 5 adolescents se sont suicidés sur une population de 600 personnes. Dans cette communauté 23 suicides en 1 an. Nous avons demandé de l'aide et rien n'a été fait. Nous venons et demandons de l'aide pour trouver aujourd'hui une bonne solution. Les bonnes personnes et encore merci d'être aussi nombreux ici ce soir. (vive émotion d'Adelard)

    José MORALES
    J'aimerais partir avec une idée positive. Donner de l'espoir. Mais Il y a encore des massacres, exemple en Colombie où les Kankuamos de la Sierra Nevada de Santa Maria sont fréquemment la cible de groupes paramilitaires depuis 4ans. Interview à la radio, demande d'accorde de paix, arrêter le massacre. 

    Nous avons de l'amour pour vous et j'espère que l'amour vous invitera et vous incitera de cette manière à sortir de sa disgrâce la terre

    Nous constatons que les enfants sont violents, vulgaires à cause de la publicité elle aussi violente. Il n'y a plus de valeur.

    Terry BROWN
    Je vous remercie tous pour cette discussion. Et c'est intéressant d'être ici avec mes frères. Nous voulons arrêter la destruction de notre terre. Nous sommes devenus honteux de ce que nous sommes et de ce que nous avons appris. Nous avons appris à vivre dans la peur. Les anciens ne tenaient plus leur rôle dans leur nation. La colonisation a mis de côté les anciens et les femmes pour affaiblir la communauté. Ainsi laissant la porte ouverte pour les assaut de l'extérieur. Les anciens avaient déjà établie il y a longtemps une "déclaration", ils puisent ainsi leur force.

    Kenneth DEER
    Vous avez poser d'excellentes questions. C'est un défie permanent qui nous obligent à devenir de meilleurs orateurs et nous sommes heureux de partager nos connaissances avec vous.
    Nous n'avons pas toutes les solutions. Nous partageons notre expérience et c'est à vous de trouver vos solutions et apprendre à tirer vos leçons.

    Armand McKENZIE
    En reprenant une phrase célèbre, je pourrai dire "Vive le pays indien libre".
    Nous ne sommes pas à retourner avec nos plumes, peaux de caribous... mais l'idée est de faire une réflexion sur nos actions et notre relation avec la Terre.

    Une petite prière Innu : "Merci, santé à votre femme, enfants et à la terre. Enfants en santé sur cette terre.

     Clôture de la soirée par une prière d' Adelard BLACKMAN BUFFALO

      REPORTAGE DE   

     

     

    <script type="text/javascript"> var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-26978668-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })(); </script>