• Conférence avec James ROBIDEAU et projection film le 6 avril 2010 au CSIA

    <script language="JavaScript" src="http://www.traducteurenligne.net/traducteurgr/flags.js"></script>

    Mardi 6 avril 2010

    SIOUX LAKOTA
    Histoire Moderne
    conférence avec James ROBIDEAU

    (sioux-lakota de la réserve de Pine Ridge
    Sud Dakota, cousin du prisonnier politique amérindien,
    léonard PELTIER)

    csia_logo-20x20_72

     

    J’étais sur les évènements de 1973 à Wounded Knee, et sur beaucoup d’actions de défense des droits des Lakotas. J’occupe aujourd’hui, depuis 5 ans, un poste de travailleur social, et m’occupe de la protection des enfants à Pine Ridge ; nous avons créé également, une maison des femmes, et aidons à la réinsertion des prisonniers à leur sortie de prison. J’ai voulu dès 1963, m’impliquer contre le racisme dont les indiens sont victimes. Nous nous sommes battus pendant 63 jours contre le gouvernement en prenant les armes, et celui ci s’est engagé à cesser les hostilités. Leur tactique visait à nous éloigner de nos traditions (langue, cérémonies spirituelles….), et malheureusement beaucoup d’entre nous perdaient ces connaissances, mais nous avons malgré tout persévéré (l’Inipi par exemple). Après plusieurs années de conflit, j’ai eu une vision me faisant comprendre que le conflit ne devait plus s’orienter sur le terrain armé. La danse du soleil, que je pratique depuis 1963, et toutes les cérémonies d’ordre spirituel m’ont guidé et aidé dans mon engagement au quotidien, moi et mes frères.

    Je suis venu en Europe pour la première fois en 2001, en Allemagne, en Suisse, et depuis 5 ans en Espagne. C’est la première fois que je débarque sur le sol français. Dans tous ces pays, j’ai rencontré des gens qui pratiquaient l’Inipi, ce sont des anciens qui le leur avaient enseigné, qui leur avaient expliqué ce qu’étaient les quêtes de vision. J’ai eu, moi aussi, envie de partager mes expériences, parce qu’en Europe, il existait des pratiques similaires aux nôtres. J’étais chez vous le mois dernier, j’ai rencontré des familles qui pratiquaient l’Inipi, je connais les hommes médecine et les leaders spirituels qui ont transité ici, cela m’a réconforté car je me sentais presque comme chez moi, je me suis tout de suite senti à l’aise.

    En 1980, j’ai voyagé sur tout le territoire des Etats-Unis, rencontré et partagé, là encore, avec plusieurs tribus. J’ai vu que la danse du soleil apportait non seulement aux Natives, mais aussi aux autres cultures (japonaise, sud américaine, aborigènes d’Australie….), partout à travers le monde. Beaucoup veulent apprendre à savoir se connecter avec les éléments, car cet esprit est universel. Une phrase chez nous, les Lakotas, résume bien cette pensée, nous disons « Mitakuye Oyasin » qui veut dire que nous sommes tous reliés et interdépendants les uns aux autres, en incluant l’animal, le végétal, le minéral…etc…Si nous nous coupons, nous nous rendrons compte que nous avons tous la même couleur de sang. Si vous y croyez, vous pouvez tous vous connecter, nous appelons cela, la force rouge, c’est la façon de vivre des Lakotas.

    Nous voudrions, nous aussi, profiter des nouvelles énergies renouvelables. Nous utilisions autrefois des générateurs, l’électricité augmentant, des panneaux solaires seraient les bienvenus. Même chose pour le propane : nous sommes obligés de commander en grosses quantités pour qu’on veuille bien venir nous livrer. J’ai pu constater les énormes difficultés des familles, lorsque j’étais travailleur social, nous ne sommes pas une priorité pour le gouvernement. Mille huit cent enfants étaient placés dans des familles d’accueil……78% des enfants étaient indiens….57 % des prisonniers sont indiens. Nos malheurs dépendent beaucoup des conditions de vie déplorables qui nous ont été imposées.  

    Une partie du documentaire faisait état de la location des terres qui appartenaient aux amérindiens. Sans être un homme de loi, je suis toutefois capable de comprendre les textes, même si j’ai préféré prendre un avocat pour nous représenter. Un jour en rentrant chez moi, sur cette terre où se pratiquait la danse du soleil, un homme blanc, qui la louait pour son bétail, est venu se renseigner pour l’acheter. Je me suis rendu auprès des 5 autres personnes qui possédaient un titre de propriété, et nous avons rédigé un document pour lui retirer son droit de location. Il a eu 24 heures pour partir. Une semaine après, quand nous y sommes retournés, cela sentait l’essence sur le lieu. Un témoin nous a informé que l’éleveur avait délibérément arrosé le sol pour le polluer. On l’a fait arrêter. Cela a pris un an avant qu’il soit sanctionné. Nous avions deux bons avocats et avons réussir à obtenir gain de cause. L’éleveur louait plusieurs terres, au dessus de 100 000 hectares. Souvent ceux qui louent les terres agissent, comme si elles leur appartenaient, sans par exemple, laisser passer les propriétaires du terrain, qui veulent aller cueillir des herbes ou des baies. 

    C’est un des exemples pour décrire la situation actuelle, mais malgré nos problèmes survenus à l’arrivée des blancs, malgré les hauts et les bas, les Lakotas aiment rire. Nous sommes encore en vie, donc nous pouvons toujours nous battre. Nous réalisons encore plus aujourd’hui, que nous ne devons cesser de croire en nos racines.

    Nous étions seulement 3 en 1973 à pratiquer la danse du soleil sur le territoire Lakota, nous sommes maintenant 50, rien que sur Pine Ridge.

    On trouve encore beaucoup de drogue et d’alcool sur les réserves, mais, point positif, la prévention joue à plein. J’aime voir que je ne suis pas le seul à m’impliquer, nous avons besoin de tout le monde pour aider notre communauté.

     Edith

    Nous allons profiter du temps restant pour poser des questions à notre hôte

    Wounded Knee

    Plusieurs tribus avaient été appelées au centre Lakota pour aider, car le gouvernement tribal était corrompu. Le centre du problème concernait les exploitations minières, dont certains ex-membres du FBI à la retraite, obtenaient des postes clés. Nous avions voulu mettre le dossier sur la place publique et en informer le bureau des affaires indiennes, mais avant d’agir, nous voulions en demander conseil aux anciens. Notre action sur le terrain était entravée par la présence d’agents du FBI armés. Le choix de Wounded Knee a été dicté par le fait que les médias seraient présents. Nous avons barré les 4 accès routiers à Wounded Knee. Le gouvernement nous a court circuité en barrant lui aussi les routes. Des vétérans du Vietnam étaient même venus se battre à nos côtés. Un homme a parcouru 1800 kilomètres en stop pour venir nous soutenir. Il a été touché par une balle un matin lorsque les combats reprirent. La croix rouge est intervenue, mais ils ont été, eux aussi, arrêtés par le FBI…..l’homme n’a pas survécu. Ce fut le premier mort. Nous utilisions une des 11 églises comme lieu de repos (alors que vivent 150 personnes là bas….). Plusieurs personnes furent blessées. Un homme médecine, Crow Dog,  nous a aidé à soigner nos blessures. Lui aussi a été arrêté et jeté en prison à cause de son rôle, mais aussi pour avoir été un leader spirituel dans le mouvement. Heureusement, il ne fit « que » 3 mois. La peine requise avait été de 3 à 5 ans.  

    Avant d’aller en prison, j’ai eu une vision dans une cérémonie, et j’ai alors compris que je serais libre, mais avec des contraintes. J’ai, effectivement, été relaché, mais en liberté surveillée, avec beaucoup de restrictions. Mes convictions spirituelles m’ont renforcé.  

    Les évènements ont duré 73 jours, puis après négociations, nous avons cessé la lutte. Crow Dog a dirigé une cérémonie, et nous avons prié toute la nuit. Nous étions encerclés, et le gouvernement lançait des fusées éclairantes pour surveiller le secteur. Nous étions simplement sur nos gardes, sans agressivité. Le soir d’après, nous avons pu traverser les lignes car la pluie a éteint les fusées éclairantes. Un de mes amis, Buddy Lamont, a été tué lors des négociations. C’était un vétéran du Vietnam. C’était probablement un sniper qui l’avait visé car Buddy était un personnage important dans le mouvement. Nous avons tous réussi à sortir avec nos armes. Ils ont alors investi un village vide. Une fois de plus, des promesses ont été faites et non tenues. Les violence sur la réserve, ont continué jusqu’en 76. Les élections ont été truquées, le président tribal a été réélu. 

    Soixante cas de mortalité ont été non résolus dans Pine Ridge. J’ai lu un rapport, disant que le FBI avait enquêté pour ces décès. Le verdict a conclu qu’il s’agissait simplement d’alcooliques ou de Junky. 

    Un des leaders de Wounded Knee, Pedro Bissonette, fut abattu par la police tribale qui était contrôlée par le gouvernement.  

    Le positif, c’est que les différentes tribus ont réappris nos traditions : la langue, une façon de vivre plus spirituelle…. Comme je l’ai mentionné tout à l’heure. des conflits ont existé entre indiens de race pure et métis. Les métissés, plus citadins, ramenaient de mauvaises habitudes. Le gouvernement a pernicieusement, utilisé et monnayé leurs « services ». Ces gens sont devenus des miliciens à leur solde. Quand certaines personnes voulaient enquêter, ou étaient en recherche de vérité, elles étaient passées à tabac. La violence pouvait conduire jusqu’au meurtre. 

    Nous nous sommes plaints au gouvernement des Etats Unis, mais il a prétendu être incompétent pour juger, parce que nous avions nous mêmes élu le conseil tribal. C’est à cause de ces évènements, qu’a été créé l’AIM (American Indian Movment). Le gouvernement procède exactement de la même façon en Irak.  

    Ce que nous demandons, c’est de pouvoir vivre dignement. Certaines tribus réussissent plutôt bien avec leurs casinos. Pine Rigde et Cheyenne River sont reconnus comme étant les réserves les plus pauvres, mais nous continuons de croire en notre survie.

    Question

    Parlez-vous le Lakota dans la vie de tous les jours ?

    A mon époque, nous avons, comme beaucoup de Natives, été placés, contre notre gré, dans des pensionnats. Beaucoup de membres des premières nations ont perdu leurs langages et coutumes. Mais une nouvelle forme de communication se mets en place, c’est le langage spirituel, et c’est celui ci que j’encourage. Je suis allé, il y quelque temps, à Cheyenne River, pour une cérémonie, et même si nous ne parlions pas tous la même langue, nous avions les mêmes pratiques, et nous nous comprenions.

    Question

    Quel est la situation de Léonard Peltier, et a-t-il une chance d’être libéré ?

    C’est le FBI qui détient les clés. Malheureusement, il a juré qu’il mourrait en prison. On doit attaquer le FBI, il a notre sang sur ses mains, comme dans d’autres pays.

     Question 

    Vous avez eu deux cousins emprisonnés injustement, comment vous sentez vous par rapport à çà ?

    J’aurai aimé être là pour les aider car je savais qu’ils se battaient pour la bonne cause, c’est pourquoi j’ai organisé une Inipi, puis j’ai appris à la radio qu’ils étaient pourchassés dans les montagnes.  J’ai rempli ma pipe et je suis retourné dans l’Inipi. Le lendemain, je me suis rendu à un endroit bien précis, où je les ai retrouvé. Nous sommes partis camper sur un terrain avec l’autorisation du propriétaire. Le FBI n’avait pas de droit de venir nous y déloger. Il a, alors,  envoyé deux personnes, afin de volontairement provoquer des incidents. Un snipper a fini par tuer un des jeunes présents avec nous.

    Nous avons besoin d’une aide internationale plus que jamais. Nous ne pouvons pas accepter que ce gouvernement contrevienne à toutes les lois. Nous avons toujours eu le soutien des tribus pour obtenir un nouveau procès et une libération. Nous avons voté une résolution pour bannir le FBI des réserves. Certains de leurs membres ont voulu parler et dire la vérité, mais leurs supérieurs les ont forcé à se taire.  

    Après Wounded Knee, le FBI a recherché principalement les leaders indiens pour les traduire en justice. Le procès d’un des leaders a bénéficié d’un non lieu, car l’affaire reposait sur trop de contre vérités ! 

    La commission des droits civils a diligenté une enquête sur le FBI, et s’est rendue compte de nombreux manquements à la loi. Deux autres personnes, Bob Robideau et Dino Butler ont été acquittés sur l’accusation concernant la mort d’un de leurs agents, car il a été prouvé qu’il s’agissait de légitime défense.

    Question 

    En tant que président de « Dakot Yourth Project » comment voyez-vous et percevez vous les nouvelles générations ?

    De plus en plus de jeunes participent à nos cérémonies. Des partenaires nous aident pour encadrer les enfants et soutenir les familles.

    Une maison d’accueil est actuellement en construction. Elle comprendra 8 places et  devrait être opérationnelle en juillet. Nous voulons travailler avec les jeunes qui ont des problèmes de cannabis et d’alcool. 

    Vous pouvez parrainer un enfant en envoyant des dons mensuels. Chaque parrain est informé sur le suivi des enfants.

    http://www.indianerreservat.de/dypus/about.htm

     

    Intervention de Mathieu Calvez, président de l'Unique Nation 
     http://www.uniquenation.fr/

    Bonjour,

    Nous avons invité James cette année en France, et espérons pouvoir recommencer après l’été. Il est ravi de son voyage et surtout très étonné de votre intérêt sur l’histoire et la spiritualité Lakota.

    Merci de l’avoir accueilli, merci de votre présence.

     

    REPORTAGE DE

    <script type="text/javascript"> var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-26978668-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })(); </script>

    Tags Tags : , , , ,