• Charles EASTMAN (Ohiyesa)

    http://ondevraitenparler.wordpress.com/2013/03/23/charles-eastman-ohiyesa-nous-raconte-sa-vie-et-celle-des-amerindiens/ 

    CHARLES EASTMAN (Ohiyesa) NOUS RACONTE SA VIE ET CELLE DES AMERINDIENS

     

    full

     

    Eastman Charles (1858-1939)

    Médecin et écrivain d’origine sioux

    femme amérindienne avec son bébé

    C’est un Mdewakanton de la nation des Santees dont le nom est “Ohiyesa”, le Victorieux. Sa mère, une métisse, meurt à sa naissance. Il est élevé par son oncle et ses grands parents sur la réserve santee du Minnesota.

    Durant la guerre de Little Crow, en 1862-1863, le petit Ohiyesa se réfugie avec son oncle au Canada, dans la province du Manitoba, tandis que son père Many Lightnings combat l’armée du général Henry H. Sibley. Many Lightnings est libéré en 1873 après onze ans de détention comme de nombreux Santees qui avaient participé à la guerre. Il s’est converti au christianisme et encourage son fils à faire des études et à s’intégrer dans la société blanche. Le jeune garçon, qui se révèle un brillant élève, fréquente le collège de Dartmouth, puis poursuit des études de médecine à l’université de Boston. Il est reçu docteur en médecine en 1887. Il prend le nom d’Eastman, celui de son arrière grand père maternel.

    Au moment du massacre de Wounded Knee Creek, le 29 décembre 1890, le docteur Eastman est depuis quelques mois le médecin de la réserve de Pine Ridge, au Dakota du Sud. Le 31 décembre, aidé d’une forte équipe de Lakotas conduite par American Horse, il parcourt le champ du massacre à la recherche des blessés. Très choqué, il écrira plus tard : “Tout ceci fut une rude épreuve pour quelqu’un qui a mis si récemment toute sa foi dans l’amour chrétien et dans les idéaux élevés des hommes blancs”. En 1893, il démissionne à la suite d’un différend avec l’agent de la réserve.

    Il exerce comme médecin de ville à Saint Paul, au Minnesota, puis en 1900, il retrouve un poste de médecin sur la réserve santee de Crow Creek, au Dakota du Sud. Il épouse la poétesse Elaine Goodale.

    En 1903, il est chargé par le président Theodore Roosevelt de veiller à ce que les droits des Sioux soient respectés en ce qui concerne le lotissement de leur terres en propriétés privées.

    ACEX

    Charles Eastman a écrit de nombreux livres et articles sur l’histoire et la mythologie de son peuple et ses souvenirs personnels : “Indian Boyhood” (Enfance Indienne) en 1902, “The Soul of the Indian” (L’Âme Indienne) en 1911, “From the Deep Woods to the Civilisation” (Des Grands Bois vers la Civilisation) en 1916.

    Source : Larousse

    A LIRE : L’HERITAGE SACRE DES AMERINDIENS

    Charles Eastman (Ohiyesa) fut le premier Amérindien à écrire sur la conception d’une vie entre deux mondes opposés : l’environnement traditionnel de ses ancêtres et le monde moderne industrialisé. Elevé selon les rites consacrés des Indiens Sioux, il a contribué à faire connaître les modes de vie et la philosophie des premiers peuples d’Amérique du Nord. En nous instruisant sur l’expérience amérindienne des quatre derniers siècles, au-delà des stéréotypes, les paroles de Charles Eastman nous aident à trouver notre propre voie dans le rythme trépidant du monde d’aujourd’hui.

    Cet ouvrage exceptionnel présente : des extraits des cinq livres les plus importants de Charles Eastman ; plus de 275 photographies d’époque, peintures, vignettes, calendriers et cartes, en couleur et en noir et blanc ; neuf interviews de chefs amérindiens contemporains sur leur expérience de “vivre dans deux mondes” ; des questions à débattre et des listes de documents d’études supplémentaires

     

    PENSÉE EXTRAITE DU LIVRE DE OHIYESA-CHARLES EASTMAN : L ‘ AME INDIENNE

     

    Nous aussi , nous avons une religion qui fut révélée à nos ancêtres , et qui nous fut transmise à nous leurs enfants . Cette religion nous enseigne la gratitude, l’unité et l ‘ amour ! Nous ne nous querellons jamais au sujet de la religion . “

    Ainsi parlait le grand orateur Seneca Red Jacket, dans sa splendide réponse au missionnaire Cram , il y a plus d’un siècle , et j ‘ ai souvent entendu la même pensée par les hommes de mon peuple .

     

    Charles Eastman – OHIYESA de son livre : L ‘Âme Indienne -Éditions : Dervy – Bibliothèque de l ‘ Initié

     

     

      


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :