<article class="primary-article"><figure><figcaption>Christine Chevarie/collaboration spéciale Widia Larivière </figcaption></figure>

Un groupe de jeunes autochtones ont lancé mercredi une plateforme interactive pour lutter contre l’isolement, le racisme et la discrimination auxquels leurs pairs font face.

«De plus en plus de jeunes autochtones migrent de leurs communautés vers la ville et ils vivent un choc culturel», a exprimé Widia Larivière, membre du Réseau pour la stratégie urbaine de la communauté autochtone de Montréal, qui est derrière le projet. Ils font aussi face à des préjugés et à la méconnaissance du grand public montréalais, ce qui peut compliquer certains aspects de leur vie comme la recherche de logement.

<aside class="stat-highlight">
Selon les données de 2006 de Statistiques Canada, environ 18 000 autochtones vivent à Montréal.
</aside>

Mme Larivière et ses collègues ont toutefois remarqué que plusieurs jeunes autochtones ne savent pas quelles sont les ressources auxquelles adresser leurs questions et leurs cris de détresse, les activités où retrouver des membres de leur communauté et les groupes dans lesquels s’impliquer. «On n’a pas de quartier culturel comme certaines communautés ethniques», a fait remarquer Mme Larivière.

Le Réseau a donc répertorié les ressources existantes et les a organisées sous forme d’une carte interactive, qui sera disponible sous peu sur le web et téléchargeable.

Selon Mme Larivière et André-Yanne Parent, une jeune Micmac aussi membre du Réseau, la communauté autochtone de Montréal est plus vivante que jamais et de nombreux groupes et projets se développement par et pour eux. «On aimerait toutefois que la Ville de Montréal fasse preuve de plus d’écoute envers la communauté autochtone et nous aide à diffuser nos initiatives», a soulevé Mme Parent.

</article>