• 5ème Prayers day - le 21 juin 2009 à Brûlon dans la Sarthe

    <script language="JavaScript" src="http://www.traducteurenligne.net/traducteurgr/flags.js"></script>


    5ème Prayers day
    le 21 juin 2009 à Brûlon


    Certaines photos sur ce reportage en plus des miennes sont de
    Kevin MARTINEZ et Patrick FAUSTINO

    La Tribu Calumet a planté cette fois son tipi dans la Sarthe à Brûlon sur le site "aux tipis du bonheur de vivre" chez Jean et Agnès.

    La difficulté ou le petit jeu - au choix - consistera à le retrouver
    au milieu des autres, la nuit tombée !


    Le sîte est un endroit unique en France sur 7 hectares où se dressent 18 tipis.
    Cette aventure a commencé pour Jean Drussel en 2003, mais la véritable victoire
    fût celle du camp définitif il y a deux ans. 

    Certains sont venus de très loin pour participer à ce 5ème "prayers day". Le 21 juin solstice d'été, est une date très importante pour les premières nations, mais également pour tous les peuples de la terre. Outre la fête de la musique, la journée la plus longue de l'année (6h à 22h), elle permet de replonger dans nos racines celtiques. 

    Pour moi ce fût un enchantement, l'accueil était chaleureux, la journée ensoleillée, et l'atmosphère conviviale......et surprise agréable, tout est fait dans le respect des autochtones, aucun indianiste à déplorer et les danseurs et drummers étaient tous Natives....grand coup de chapeau...bravo !!!

    Aussi mon voeu serait le suivant : que tous les autochtones loin de chez eux puissent se réunir dans ce petit coin de France tous les 21 juin, que de nombreuses personnes y participent et que ce soit un point de référence pour un rassemblent qui protège la culture amérindienne.

    Daniel COUDREUSE, maire de Brûlon
     
    Merci à tous d'être ici, je n'ai pas honte d'avouer que c'est un grand moment d'émotion pour moi. Nous avons créé ce camp avec Jean, lui avec ses contacts
    amérindiens, en ce qui me concerne, je me suis occupé des infrastructures (terrains, constructions...). C'est un défi qui nous tenait à coeur à tous les
    deux, et qui a vu jour rapidement car les travaux ont commencé en Janvier, et les premiers groupes sont arrivés en avril. Le pari fût tenu.
    Vous voir tous là, dans cet endroit magnifique avec cette organisation parfaite me fait chaud au coeur. Il émane ici une sincérité, une vérité,une émotion,
    et du plaisir qui me rend fier d'être le maire de Brûlon.

    La note de départ fut donnée par le groupe LLAPAKU (http://www.llapaku.fr/) avec :

     


    German TINTAYA spécialiste des flûtes des Andes

    Miguel OSORIO péruvien de la région d'Ayacucho,
    son parcours artistique étonnant vient de
       l'héritage de son père, avec le style des guitaristes d'Ayacucho

    Nestor TINTAYA, instruments à vent andins,
    percussions, chante la première voix

    Cristian TINTAYA, bolivien joue les flûtes andines depuis ses 12 ans

    Juan MARQUEZ originaire de la basse Bolivie


    Germain TINTAYA :

    Aujourd'hui c'est la fête du soleil qui commence dans tous les villages, la capitale, à Tiwanaku.... on attend les premiers rayons du soleil, ici c'était à 6 heures.

    Loin de chez nous nous essayons de préserver la musique traditionnelle, celle autochtone avec les tambours et flûtes, comme lors du mariage ici, il y a 15 jours, mais nous y incorporons aussi un mélange occidental, puisque nous utilisons les instruments à corde. La musique des Andes englobe le Chili, une partie de l'Argentine, le Pérou, la Bolivie et l'Equateur.

    Je dirige ce groupe qui représente à mes yeux un mouvement culturel et une famille. C'est une façon de présenter nos traditions, en particulier pour moi indien Aymara, représentant une nation d'encore environ 3 millions aujourd'hui.

    Nous profitons de cette tribune pour dénoncer le gouvernement péruvien qui n'a pas hésité à faire massacrer il y a quelques jours de celà, un très grand nombres d'indigènes de l'Amazonie à cause de l'exploitation pétrolière. Ce sont des agissements malheureusement habituels.

    Jean :
    Qu'est ce que représente pour vous le Prayers day ?

    Miguel :
    C'est la fête la plus importante de l'année pour nous. C'est le nouvel an solaire. Beaucoup de rituels au cours de cette journée diffèrent suivant les régions. Le plus répandu est celui du "bain de minuit", pour se purifier le corps et l'esprit, pour démarrer la nouvelle année dans la fraternité et surtout en communauté.

    Jean :
    Le groupe était là de bonne heure ce matin, ils ont voulu dormir ici pour avoir le plaisir de recevoir les premiers rayons du soleil.

    Rencontre musicale entre le groupe LLAPAKU et les natives Kevin DUST (Crow), Kevin Wiley MUSTUS (Stoney), Lucas Hogue (navajo) et Darcy SINGER (blackfeet)

    Jean :
    Kevin, Wiley, Lucas est ce que vous continuez à fêter cette journée ?

    Cédric Charpentier (traducteur pour les natives)
    Pour eux, chaque jour est un jour de prière, il n'y a pas un jour plus important qu'un autre, contrairement au dimanche pour les catholiques.

    Jean :
    Qu'est ce que c'est qu'être un Crow dans notre société aujourd'hui ?


    Etre Crow, c'est être humain avant tout, c'est de cela dont ils sont heureux. Le véritable et authentique nom des Crows est en réalité "Apalouska".....

    c'est à ce moment que Kévin intervient :
    "Apsaloka", he's learning (rire général).....

    ce sont les blancs qui les ont "débaptisés" en leur affublant ce terme de Crow.

    Jean :

    J'aimerais poser une question à Wiley que je n'ai pas vu depuis quelques années, tu es en France maintenant pour travailler, tu retournes un peu au Canada ?

    Oui, quelques fois !

    Je ne suis plus la même personne qu'autrefois. Nous conservons toujours notre culture. Le plus important à nos yeux, c'est la transmission aux enfants, à la nouvelle génération pour leur permettre d'avancer.

    Jean : si vous avez des questions ?

    Question :
    Quelle est votre réaction sur les évènements du Pérou ?

    Miguel :

    En Amazonie Péruvienne, dans la province de Bagua, les indiens ont voulu engager des pourparlers avec le gouvernement afin d'obtenir des explications sur les modalités d'exploitation des ressources pétrolifères par les multinationales.

    A ce sujet, il y a eu désinformation....ils ne s'y s'opposaient pas, mais sous certaines conditions : le respect de leur territoire, sans nuire à l'environnement.

    Le gouvernement n'a rien voulu entendre et a envoyé l'armée. Les soldats étant aussi d'origine indienne, nous avons paradoxalement assisté à une confrontation entre indiens...c'est bien triste, avec des morts de part et d'autre, nous ne connaissons pas les chiffres, mais nous pensons à environ 200 à 300 personnes, évidemment la presse est contrôlée par le gouvernement.

    Question :
    J'ai honte de regarder ma main, j'ai l'impression qu'elle est couverte de sang et j'aimerais que les êtres humains réfléchissent pour que plus jamais....(avec de l'émotion dans la voix et une impossibilité de finir sa phrase)

    Kevin DUST (petit accent : ne t'inquiètes pas !)
    Nous n'avons plus de rancoeur vis à vis du passé, nous voulons exprimer notre joie, regarder l'avenir pour évoluer, prier, avancer....

    Question d'un tout jeune garçon :
    Que veut dire Dakota en français ?

    Jean :

    tu es déjà venu en week end amérindien toi, et tu l'a appris çà (rires)

    C'est une nation. Les indiens étaient et sont toujours organisés en fédérations, en nations, en tribus. Il existe 3 nations chez les Sioux, les Lakota, les Nakota et Dakota.
    Juste une précision, les Crow comme Kevin DUST viennent du Montana, Kevin Wiley MUSTUS du Canada, Darcy singers Blackfeet du Canada également, et Lucas Hogue du Nouveau Mexique.

    Question :
    L'intervenant est d'origine américaine et tout en traduisant les propos de Kevin DUST, il apporte des informations.

    A Green Bay ma ville natale dans le Wisconsin aux Etats Unis, nous avons une tribu qui s'appelle les Oneidas et depuis quelques d'années, le gouvernement a rendu leurs terres aux indiens, ils ne payent pas de taxes, c'est une forme de compensation, une manière de s'excuser. Aujourd'hui, un grand nombre de tribus indiennes construisent des casinos ! Est ce là même chose pour vous ?

    Ils n'ont jamais donné leur terre, comme chacun le sait,la colonisation et l'extermination systématique sont responsables. On oublie souvent de dire que les premières victimes de génocides sont les indiens, contrairement à ce qu'affirment certains peuples !
    On occulte trop souvent la véritable histoire des premières nations, expropriation, déportation et esclavage...
    Ensuite il est vrai que le gouvernement leur a donné des terres, mais bien peu en comparaison de ce qui leur avait été volé.

    Kevin a dit qu'on leur a rendu une certaine forme de souveraineté, leur mode de vie leur permettait auparavant de se nourrir, se vêtir et se loger. A ce jour, grâce aux bénéfices tirés de l'exploitation des casinos ils peuvent à nouveau réintroduire les bisons.
    Ironie du sort, le gouvernement commence presque aujourd'hui à regretter que les indiens réussissent en affaires....mais c'est un juste retour des choses.

    Comme disait kévin, ce n'est peut être pas sur terre que les comptes, voire leur revanche, seront réglés, mais là haut, au paradis, "à poil devant Dieu".

    Les amérindiens vivent toujours dans les réserves, pour des raisons politiques parce que les premières nations ne veulent pas vendre les terres qui leur restent !
    Je me sens comme l'intervenante précédente, pas très fier de mes concitioyens, c'est pourquoi il y a 24 ans j'ai quitté mon pays.

    Allez !!! une petite visite du propriétaire ? 

    Jean :
    Une tombola est organisée pour aider l'association "Canté Wasté Oyaté", un euro sera reversé par ticket vendu.

    Les gardiennes des billets tombala
    Christelle et Laura

    Lina va vous en parler plus longuement afin que vous sachiez comment l'argent sera utilisé.

    Tout d'abord bonjour à tous, merci d'être là, notre association s'appelle "Canté Wasté Oyaté" qui signifie "les gens au bon coeur", nommé ainsi par la famille bullbear originaire du sud Dakota, sur la réserve de Pine Ridge et avec laquelle nous travaillons,
    nous n'agissons pas avec l'aide des dons, mais concrètement en aidant sur le terrain. Cette année, nous avons restauré une maison dans un état lamentable.

    Sachez que l'hiver, la température descend jusqu'à - 45°, et que le manque d'isolation détériore la plomberie. Nous avons financé un véhicule 9 places en prévision des voyages de l'année prochaine, organisés uniquement par les Lakota. Ils feront découvrir leur térritoire, leur façon de vivre au quotidien.... Toutes les aides sont les bienvenues, sur le plan financier bien sûr, mais aussi concernant la communication et l'information  sur le mode de vie des amérindiens d'aujourd'hui. Un rappel historique encore.....beaucoup de soldats issus des premières nations sont tombés lors du débarquement en France en 1944 !
    Merci à vous

    http://asso-nations.skyrock.com/2125515869-Notre-association-Franco-Lakota.html

    Jean :

    Qu'est ce qu'une réserve Lakota, et bien c'est le tiers monde des Etats Unis. Un enfant sur trois meurt avant l'âge de 5ans de malnutrition. N'hallucinez pas, mais aujourd'hui, les Lakotas sont encore considérés comme des prisonniers de guerre, chaque mois ils recoivent des rations impropres à la consommation, dans un colis contenant des conserves, mais aussi des.....fleurs.

    Evidemment, comme cela a été évoqué ce matin lors des conférences, il ne faut pas mettre tous les indiens sur un même plan d'égalité : les Séminoles sont très riches, ils ont acheté la chaîne "hard rock café",  les navajos vivent de leur artisanat, mais la pauvreté reste très présente également, l'exemple de  la réserve de Pine Ridge (aussi grande que la Dordogne) où va linda est significatif d'un constat vraiment pathétique aux Etats Unis.

    Il y a 6 ans lorsque j'ai ouvert mon camp, à 15 km d'ici, je ne pensais pas vivre ce moment là. J'allais comme certains d'entre vous dans les festivals.


    Le journal Ouest France est ici avec Jean, un des pionniers qui ont cru au camp indien à sa création. Ils ont écrit de très beaux articles. Le rédacteur en chef de télé star est aussi venu nous voir pour publier une page entière sur les tipis. C'est aussi grâce à la presse que le camp est toujours vivant aujourd'hui, c'est avec vous tous, beaucoup de clients, les bikers......cette réussite est collective. Je me disais qu'un jour peut être, les natives accepteraient de venir danser chez moi, maintenant c'est chez vous.
    Vous vous êtes appropriés un bout de cette terre, et c'est avec beaucoup d'émotion de part et d'autre, que l'on vous voit en repartir.

    Maintenant je vous laisse en compagnie des natives, veuillez les accueillir comme il se doit sous un tonnerre d'applaudissements

    Présentation

    Par delà les forêts et les plaines, savoir reconnaître l'étincelle du sacré dans chaque parcelle de vie. Voilà l'essentiel de la philosophie amérindienne. De nos jours les amérindiens tentent de préserver, voire de retrouver leurs traditions en organisant des Pow Wow. Ces rassemblements donnent lieu à diverses cérémonies au concours de danses. Ils sont le lien entre toutes les nations amérindiennes.

    La grande entrée qui réunit tous les participants marque l'ouverture du concours.
    La "grass dance" ou danse de l'herbe : à l'origine de jeunes guerriers dansaient avec de grandes herbes accrochées à leurs ceintures pour célébrer une victoire. Un jour un ancien demanda à de jeunes gens d'applatir de hautes herbes pour préparer l'emplacement d'une cérémonie. C'est ce qu'ils fîrent mais en dansant. La "grass dance" était née.


    Kevin DUST
    Je suis un native et je ne parle pas très bien le français, mais j'essaye. Je voudrais vous présenter mon équipe, mes indiens :


    De l'Alberta, Canada, Blackfoot tribe, qui dansera la "chicken dance" : Darcy SINGER

    Egalement de l'Alberta, Canada, Stoney tribe : Kevin Wiley MUSTUS

    Nouveau mexique, navajo tribe : Lucas HOGUE

    Et maintenant, mon frère d'adoption, représentant la France : Cédric CHARPENTIER

    Et moi le capitaine, Crow Nation : Kevin DUST

    Jean

    Ce que vous voyez depuis tout à l'heure, ce sont des danses ancestrales, spirituelles. A l'heure actuelle pour le peuple amérindien, ces danses sont une manière de perpétuer leurs traditions, les grands fléaux dans les réserves étant malheureusement l'alcool et la drogue...
    Les Pow Wow permettent aux jeunes de confectionner leurs costumes manuellement, ils y mettent toute leur passion, ce qui est à leurs yeux bien plus valorisant que de les acheter dans les commerces, c'est une forme de reconnaissance, d'accomplissement !

    Anedocte : dans un Pow Wow traditionnel, lorsqu'une plume tombe à terre, les danseurs s'arrêtent, et reprennent lorsque la plume est ramassée.
    Il y a une certaine rigueur dans les danses, les drummers (joueurs de tambour) donnent le rythme. Les danseurs doivent s'arrêter sur le dernier coup de drum, sans cela, des points de pénalité sont attribués.

    Aujourd'hui, vous n'avez qu'un aperçu de la réalité. Le plus grand Pow  se trouve à Albuquerque au Nouveau Mexique : 4000 danseurs et 40 000 spectacteurs.
    Vous avez assisté à la Chicken dance, la fancy dance, vous allez voir maintenant la Hoop dance par Kévin DUST. Nous nous connaissons, Kévin et moi depuis maintenant 5 ou 6 ans, je l'ai découvert à Paimpon. Il est le seul en France à exécuter cette danse des cerceaux. Cette notion de cercle prévaut dans la vie amérindienne, chez eux tout est rond, la terre, le soleil, le nid des oiseaux.... quand nous agissons positivement, nos actes reviennent vers nous, mais l'inverse est valable aussiaussi.

    Kevin avec ses 19 cerceaux, par cette dance vous montrera certaines figures.....à vous de les deviner. 
    Profitez en bien, encouragez le pour l'aider à continuer. 




     

    LA DANSE DE L'AMITIE


    Monsieur le Maire Daniel COUDREUSE


     Interview de Jean sur Europe 1

    [fichier]

    @@@200@@@200[/fichier]

    A une prochaine aventure

    http://www.lebonheurdevivre.net/

    REPORTAGE DE   

    <script type="text/javascript"> var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-26978668-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })(); </script>